in

Histoire des idées politique : Thomas Hobbes (1588-1679)

Hobbes (1588-1679)

Thomas Hobbes (1588-1679)

Hobbes

         
Naissance
1588- 4déc 1679

         
Un enfant
précoce

         
A six ans
il apprend le latin et le grec

         
A 14 ans, Hobbes intègre l’université

         
Il établit
son propre programme d’études

         
La
scolastique  est dominante à l’université
à l’époque

         
Il était
très peu attiré par cette discipline

Il
devient Précepteur de William II Gavendish

         
(baron de
Hardwick et futur comte de Devonshire). 

         
Il  voyage sur le continent (européen) avec son
élève
de 1610 à 1615 .

Ses voyages coïncident avec la Période de crise en
Angleterre:

L’origine de
la crise:

         
Elisabeth
est morte sans laisser d’héritier  

Son cousin Jaques VI d’Ecosse lui succède

         
Jacques exalte le droit divin des rois et cette démarche choque les anglais 

         
Ce dernier entend gouverner en écartant le

Parlement et en imposant l’anglicanisme



Cela va entrainer une guerre civile

         
Charles I, son fils 1625 mène la mm po

         
En suspendant le travail du parlement entre

1629
et 1640

         
1640 la guerre civile menace et éclate en 1642

Hobbes est hanté par
la violence

         
Il fait un
constat réel de la nature humaine

         
Il constate
le chaos ou l’état de nature qui ronge l’existence humaine

         
(Du fait de la liberté totale

         
L’h ne cherche qu’ à se préserver)

         
Il en
conclut la méchanceté intrinsèque

         
Au sujet de
ce chaos,
Hobbès écrit: ’’

         
In
such condition, there is no place for industry; because the fruit thereof is
uncertain: and consequently no culture of the earth; no navigation, nor use of
the commodities that may be imported by sea; no commodious building; no
instruments of moving, and removing, such things as require much force; no
knowledge of the face of the earth; no account of time; no arts; no letters; no
society; and which is worst of all, continual fear, and danger of violent
death; and the life of man, solitary, poor, nasty, brutish, and short.”



         
Ainsi Hobbes cherche un
moyen pour dépasser cet état .    

         
Ce moyen
réside pr lui ds un pv coercitif

         
Ce pv ne
rend compte à personne: 

         
Les
volontés individuelles se ramènent à une volonté unique

²

         
Hobbes s’exile en France et y résidera 12 ans

         
Hobbes écrit la préface du Léviathan , l’ébauche du Léviathan

         
C’est une réflexion sur les fondements de la po.

         
Influencé par la géométrie euclidienne, car pr lui,

         
elle 

combine déduction et
empirisme, logique et expérience applicables au domaine de la po

Méthode

     .
«
il me
semble
en
effet,
écrit-il
dans
De  Cive, qu’on ne saurait mieux
connaitre une chose qu’en bien considérant celles qui la composent


     Car
de mm
qu’en
horloge
(…)
on ne peut pas savoir quelle est la fonction de chaque
partie, ni quel est l’office de chque roue, que si on la démonte et si
on  considère
à



Suite

    
à part la matière, la
figure , et le mouvement de chaque pièce; ainsi en la recherche
du droit de l’Etat et du devoir des sujets, bien qu’il ne faille pas
rompre la société civile

, il la faut pourtant
considérer comme si
elle était dissoute, cad, il fo bien entendre le naturel des hommes, qu’est ce qui les rend propres ou incapables
de
former des cités, et comment doivent
être disposés ceux qui veulent s’assembler en un corps de
république

Pr Hobbes « à l’origine de ttes nos pensées se trouvent les sensations »

     Les
sensations
sont
à l’origines des passions
(appétit, désir, amour,
haine, aversion, joie, chagrin, etc.)

     C’est ce
qu’on appelle anthropologie mécaniste et pessimiste



     Hobbes s’écarte du modèle aristotélicien

     Cherchant
les mobiles des actions humaines,

     il
aurait découvert à travers l’histoire le poids des passions

notamment la vanité et la crainte, articulées de telle
sorte

qu’elles constituaient les éléments fondamentaux de la vie en société.

       La
crise anglaise va entrainer l’éxcution du roi et la dictature de Cromwell

       Cette
période connait un essor éconoq qi favorise la concurrence

       ds
1contexte d’incertitude po

       Et de
controverses
religieuses

       Emergence
d’1  sys écoq fondé sur l’individualisme

       La
concurrence  écoq

       Manque
de régulation par la loi

       L’état
de nature
décrit
par Hobbes correspondrait
aux
pratiqes sociales de l’Angleterre de son tps

L’hypothèse de l’état de
nature n’intervient ds son raisonnement

      qu’après
qu’il a conclu à l’appétit de domination de ts les êtres vivants en société 

citation

      « Ts ces H se livrent à des évaluations  indépendantes les une des autres, ils
comparent….. Chacun compare son Pv à celui des autres H, car l’utilité qu’il peut
avoir pr eux n’est pas une qtité absolue, mais dépend du Pv dont peut disposer
d’autres H. Pourtant, de ce nbre infini de jugements de valeur indépendants se
dégage la valeur objective de chaque H. Chaque H lutte sur le marché contre ts
les autres pr obtenir du PV, que ce soit du côté de l’offre ou du côté de la
demande; car tt individu ou bien a qlq pv à offrir à d’autres H ou bien se
propose d’acquérir leur pv. »

      L’H

désireux d’être
reconnu, estimé par ses semblables, lui qui éprouve la honte du dédain, nourrit
alors le désir de nuire au dédaigneux

Une loi de nature (lex naturalis) est un précepte, une règle
générale, découverte par la raison, par laquelle il est interdit aux gens de
faire ce qui mène à la destruction de leur vie ou leur enlève le moyen de la
préserver, et d’omettre ce par quoi ils pensent qu’ils peuvent être le mieux
préservés
».

Causes des conflits

       Pr
Hobbes, trois causes principales de querelle:

la
rivalité;  la méfiance; la fierté
.

La
rivalité fait prendre
l’offensive  aux H en vue de leur profit
.

La 2ème en
vue de leur sécurité
.

       La 3 ème en vue de leur réputation »

Causes des conflits

       De la provient la guerre de chacun contre chacun

       « de mm la nature de la guerre ne consiste
pas ds un combat effectif, mais ds une disposition avérée, allant ds ce sens
aussi longtemps qu’il n’y a d’assurance du contraire»

       La menace présentée par cette guerre permanente
conduit alors l’homme, persuadé par sa vanité, de sa supériorité physiq et
intellectuelle, à prendre conscience des menaces qui pèsent sur sa vie en
raison du désir de reconnaissance de chacun.

       Ce qui achemine l’homme vers la formation de
la société politiq.

       En éprouvant les résistances du monde réel, en faisant
l’expérience des dangers qu’il comporte, l’H accède vraiment à la raison

       Mais les passions positives , équité,
justice, pitié, modération, ….altruisme ss qu’on sache très bien d’où ellles
proviennent, oeuvrent aussi pr permettre aux H de sortir de l’état de nature.

       «
La loi de nature consiste pr l’H en la recherche de la paix découle de la
droite raison

   

       Le
droit de nature est lié à l’instinct de conservation…
il se résume à la liberté pr chacun d’user de ts les moyens
convenables pr conserver sa propre vie lorsqu’elle e menacée, mm ds le cas où la
société civile e instaurée »

Ds l’état de nature

       « une autre
conséquence : à savoir, que rien ne peut être injuste. Les notions de légitime
et d’illégitime, de justice et d’injustice, n’ont pas ici leur place. Là où il
n’est pas de pouvoir commun, il n’est pas de loi ; là où il n’est pas de loi,
il n’est pas de justice
»

       Les H, pr obtenir la paix, vont
se dessaisir de leur droit de nature et le transmettre à un autre


       «
Cet
autre se charge de la sécurité de la personne du bailleur, tant pr ce qui
regarde sa vie que pr ce qui est des moyens de la conserver ds les conditions
qui ne la rendent pas pénible à supporter
» Hobbes.  Le moyen d’entrer ds la vie
po (ou société civile)



Suite

       est
le contrat du Commonwealth

Pr
ce contrat, un pv est nécessaire mm si ce n’est pas légitime, sa force
continuera à prévaloir

     Il
nécessaire de confier ce pouvoir à un seul parmi eux ou à une assemblée,
afin de réduire la
multiplicité de leurs volontés à une seule et s’engager à accepter la volonté
de ce pv

Suite

     Et
que chacun  se reconnaisse comme

l’auteur de tt ce qu’aura fait et fait faire,
concernant la paix et la sécurité

commune



Il ne s’agit pas  de consensus ou de concorde mais d’une unité
réelle de tous en une seule et mm personne,

     unité réalisée par une convention de chacun avec
chacun passé de telle sorte que comme si chacun disait à chacun   

 :

     j’autorise
cet homme ou cette assemblée et je lui abandonne mon droit de me gouverner moi
mm, à condition que tu lui abandonnes ton droit et que tu autorises ttes ses
actions de la mm manière

Suite

     La
multitude unie en une seule personne est appelée République.

     Telle
e la génération de ce gd Léviathan … de ce dieu mortel…Notre paix et notre
protection.

2
sortes de Républiques:

     L’une d’acquisition  où le pv provient de la force

     et
l’autre d’institution

     D’institution
, elle provient d’une convention
« Les cv n’étant que paroles et souffle, n’ont pr obliger, contenir,
contraindre ou protéger, aucune autre force que celles qu’elles tiennent du
glaive public, cad des mains non entravées de cet H ou assemblée d’H qui
détient la souveraineté »

     Elle constitue l’essence  mm de l’Etat

     L’en dépouiller reviendrait à retourner
à l’état de nature


Ds la rép
d’institution      q1 Homme
s’affranchisse du contrat, et ts les autres

seraient normalement conduits à faire de mm

     Les dts de nature une fois transmis au
souverain,
rien ne justifie ou légitime la
résistance à ses décisions.

Ce
souverain n’a pas contracté avec les sujets

     Les
décisions du souverains sont présumées voulues par chacun

     Par
hypothèse, le souve ne peut violer une convention
inexistante et le sujet ne peut se libérer de
l’autorité pr qlq raison que ce soit

Les décisions du souverain ne peuvent être taxées
d’injustice

     Car
il e
librement institué par les sujets

     Il
e désormais l’unique juge de ce qui e bon pr eux…
son autorité e
illimitée

     La révolte
e possible mais jamais légitime

Ds ce cas
Hobbes : «
chacun
recouvre le droit de se défendre par ses propres forces, contrairement au
dessein qu’on avait lors de l’institution »

     La
nvell cd° du sujet «
ne
peut être exempte  de tte espèce
d’incommodité »

     Ces
incommodités sont douces p/r à l’état de nature ou à l’état de guerre civile

Hobbes préfère la monarchie à la démocratie et à
l’aristocratie

     Pr lui la
monarchie est + apte à garantir la sécurité et la paix   


     il y a
identité des intérêts privés du monarque et de l’intérêt pu

Le
monarque choisit ses conseillers comme il 
l’entend

     Alors que
pr une assemblée aritocratique ou démocratiq
les conseillers sont fixés ou désignés 

     Au
sein des assemblées (
démocratique ou aristocratiques) les désaccords sont inévitables



     En
tt état de cause, la souveraineté est absolue, qu’elle soit monarchique
démocratique ou aristocratique

     « … qu’on puisse imaginer maintes conséquences mauvaises d1 Pv à
ce point illimité, néanmoins bien pires sont les conséquences de son absence,
laquelle s’identifie à la guerre de chacun contre son voisin »

La républiq
d’acquisition:

     Le pv y a été conquis par la force

     La souveraineté e 
la mm qe ds les rép d’institution

     Le pv y nécessaire / Hobbes dit: « Les dts et les consqces de la svté sont les mm ds les 2cas : le
pv du souverain ne peut pas, ss son consentement, être transféré à qlq1 d’autre

     Il ne peut pas s’en trouver déchu; il e juge
de  ce qui e nécessaire à la paix et juge
les doctrines …Les raisons de cela sont les mm que celles qu’on trouve
alléguées en faveur des mm dts et conséquences attachés à la souveraineté
d’institution »

Le tyran

     ne
doit pas perdre de vue que sa légitimité repose sur la sécurité et la paix

     et
s’il oubliait cela chacun serait capable de le lui rappeler par la révolte, ss
doute illégitime, mais qui s’imposerait à lui comme un pur fait

La liberté  chez
hobbes

       La liberté et la nécessité sont étroitement associées

       La liberté résulte d’une volonté… on trouve
en définitive la main de dieu et par conséquent la nécessité.

       C’est donc librement et en considération de cette
nécessité que les H ont crée le Léviathan



libertés

       La liberté du sujet n’existe qu’en fonction du silence
de la loi :
« La
liberté des sujets ne réside par conséquent que dans les choses qu’en
réglementant leurs actions le souverain a passées sous silence, par exemple la
liberté d’acheter, de vendre, et de conclure d’autres contrats les uns avec les
autres ; de choisir leur résidence, leur genre de nourriture, leur métier,
d’éduquer leurs enfants comme ils le jugent convenable, et ainsi de suite
»

       Les H ont fabriqué des chaines artificielles… les lois civiles

       « Ces lois civiles sont attachées d’un bout aux
lèvres de l’H ou de l’assemblée  à qui
ils ont donné le pv souverain, et de l’autre à leurs propres oreilles »

       Absolue nécessité d’obéir aux lois

       L’activité
contractuelle et commerciale en gl , le choix de la résidence en restent exclus

       La liberté ne saurait permettre aux individus de s’affranchir
des lois

       S’affranchir
des lois  c’est retomber ds l’état
de  nature  

Justice

       «
Rien de ce que le représentant souverain
peut faire à un sujet ne peut être …. nommé injustice ou tort: car tt sujet est
auteur de tte action accomplie par le souverain, de sorte que celui-ci ne fait
jamais défaut le droit à quoi que ce soit, sinon en tant que lui-mm le sujet de
dieu, et tenu par là d’observer les lois de nature
»

       Aucune
convention n’interdit de se protéger soi-mm, en cas de défaut du Léviathan

       Hobbes«
la
souveraineté est l’âme de la Rép: une fois séparée du corps, cette âme cesse
d’imprimer son mouvement aux membres. La fin que vise la soumission, c’est la
protection »


Religion

       Hobbes accusé d’athéisme

       Hobbes a considéré les H comme 1 partie d’un mécanisme
universel immuable

       « a l’intérieur de ce mvt nécessiaire
qui se conserve indéfiniment, qui e ss fin, qui ne comporte ni bien ni mal
intrinsèque, on n’aperçoit ni la place ni le rôle de Dieu »

La religion chez
Hobbès

       
« C’est en ces quatre choses : croyance aux
esprits, ignorance des causes secondes, dévotion à l’égard de ce que les hommes
redoutent, et attribution à des choses accidentelles d’une valeur de pronostic,
que consiste le germe naturel de la religion, lequel, en raison de la
différence, selon les individus, des imaginations, des jugements, des passions,
a donné, en se développant, des rites si différents que ceux qui sont pratiqués
par un homme sont pour la plus grande part ridicules aux yeux d’un autre
».

       
: « Etant donné, donc, que notre
Sauveur a nié que son royaume fût en ce monde, étant donné qu’il a dit qu’il ne
venait pas pour juger, mais pour sauver le monde, il ne nous a pas assujettis à
d’autres lois que celles de la République […]
». Dès lors, pour que la République
ne craigne pas pour sa paix, le souverain doit être le pasteur suprême

       
« Etant donné, donc, que dans toute République
chrétienne le souverain civil est le pasteur suprême, à la charge duquel est
commis tout le troupeau de ses sujets, et que par conséquent c’est en vertu de
son autorité que tous les autres pasteurs sont crées et ont le pouvoir
d’enseigner et de s’acquitter de toutes les autres fonctions pastorales : il
s’ensuit aussi que c’est du souverain civil que découle le droit de tous les autres
pasteurs d’enseigner, prêcher, et, en général, d’exercer toutes

       
les activités qui relèvent de cette fonction ; et qu’ils ne sont que ses
ministres, de même que les magistrats municipaux les juges des cours de justice
et le commandant des armées ne sont que les ministres de celui qui est le
magistrat de toute la République, le juge de toutes les causes, et le chef de
toutes les forces armées ; et celui-là, c’est toujours le souverain civil
».

       
« Lorsque les lois de nature prennent la forme de lois civiles,
elles acquièrent véritablement toute leur portée. Mais à partir de ce moment
l’interrogation sur leur origine divine e sans importance po »
.

clip image024

       
Que les lois de nature soient  ou non des commandements de dieu,
puisqu’elles n’obligent q’en in foro interno, cela ne cahnge rien en po, où
comptent seuls le for extérieur, les actes effectivement accompli


What do you think?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Cours Droit International Public S2 | Pr. N. BENREZZOUK

Histoire des idées politique : John Locke (1632- 1704)